Bunny Wailer : une légende de la musique reggae s’est éteinte

Le mardi 2 mars 2021, le monde du reggae a perdu une de ses plus grandes figures emblématiques ; Bunny Wailer n’est plus. Cofondateur des wailers, sa mort porte un coup très douloureux au monde du reggae. Découvrons le parcours de cet homme ayant marqué le monde de la musique.

Jeunesse et vie musicales de Bunny Wailer

Auteur, compositeur et interprète jamaïcain, Bunny Wailer, connue à l’état civil sous le nom de Neville O’Riley Livingston, sont nés en Jamaïque à Nine Miles le 10 avril 1947. Il passa toute son enfance à Kingston, la capitale du pays, où il connut Bob Marley et rencontra Peter Tosh en 1952. Onze années plus tard, les trois amis d’enfance fondent ensemble le groupe « The juveniles », un groupe musical spécialisé dans le ska mais aussi le rocksteady, deux rythmes musicaux précurseurs du reggae ; « The Juveniles » deviendra quelque temps après « The Wailers ». Ce groupe a connu un véritable succès avec notamment « Simmer down » en 1964, ou encore « Catch a fire » en 1974. Cette dernière chanson fut la dernière de Bunny Wailer avec son groupe, en effet, il décida de commencer une carrière en solo à partir de 1974.

Chanteur rebelle récompensé

Bunny wailler entame son périple en solo avec son tout premier album « Blackheart man » qui sort en deux ans après sa séparation avec son groupe musical. La plupart de ses chansons portent sur les violences policières dont étaient particulièrement victimes les noirs et sur l’esclavage. On lui doit entre autres les chansons « Protest » (1977), « Struggle » (1978) ou encore « Just Be Nice » (1993). Il récolta plusieurs Grammy Awards, ceci montre son succès musical indiscutable. Mort à 73 ans, Bunny wailer aura marqué son temps.